Observatoire économique des activités équines – 2015

L’année 2014 confirme les disparités entre les différentes activités

Nous présentons la septième édition de notre observatoire économique des activités équines avec les résultats comparés des deux dernières années 2013 et 2014. C’est un panier de 1 150 dossiers comptables traités au niveau du réseau EQUICER.
Les centres équestres voient leurs produits se figer ainsi que le nombre de personnes travaillant sur les structures qui n’augmente pas. Les résultats réalisés restent très faibles. Les dirigeants et dirigeantes de centres équestres complètent bien souvent les diminutions des rentrées liées aux leçons d’équitation par une augmentation des produits de pensions facturés qui représentent 29 %.
Les élevages de chevaux de sport souffrent, même si, entre les deux années, le résultat augmente un peu, mais il ne permet pas aux éleveurs et éleveuses d’assurer leurs prélèvements privés. Seuls les élevages de trotteurs pour la catégorie élevage réalisent un excédent brut supérieur à 30 % des produits.
Le monde des courses, trotteurs et galopeurs, réalise globalement de bons résultats et se démarque des activités de sport que sont les élevages de chevaux de sport et les centres équestres.
Je tiens à remercier l’ensemble des collaborateurs et collaboratrices du réseau EQUICER qui ont participé à cette édition qui scellera les 15 ans d’activités du réseau EQUICER.

L E X I QUE :
ETP : Équivalent Temps Plein
SAU : Surface Agricole Utile
EBE : Excédent Brut d’Exploitation

Centres équestres – échantillon total :

Avec 288 dossiers traités pour les deux années 2013 et 2014, l’observatoire économique EQUICER confirme pour les centres équestres une analyse encore plus large que lors de l’édition précédente avec un produit qui atteint les 129 000 €.
Les caractéristiques des dossiers ne changent pas soit : 2,20 ETP en moyenne avec un peu moins d’une personne salariée par structure. L’excédent brut descend au dessous des 30 000 €, soit 23 % des produits. Il permet de couvrir les annuités de 13 400 € et les prélèvements privés (faibles) d’un peu plus de 5 000 € à l’année, soit des prélèvements mensuels de 453 €. Seul le quartile supérieur réalise des prélèvements couvrant un SMIC annuel. Le résultat de l’exercice est seulement de 3 600 € en 2014 pour la moyenne du groupe. Le taux d’endettement a légèrement augmenté entre les deux années (2 points de plus par rapport à 2013).

Centres équestres – ETP < 1 :

Une baisse des produits de 2 300 € pour ce groupe, de centres équestres ayant un ETP inférieur à 1, avec une diminution également des produits pour le quartile supérieur de plus de 4 700 €.
Malgré des charges opérationnelles stables et des charges autres légèrement en baisse, l’excédent brut, le résultat d’exploitation ainsi que le résultat courant, diminuent. Le résultat de l’exercice est déficitaire. La baisse des annuités entre les deux années est de 1 660 € mais la situation financière des « petits » centres équestres s’est dégradée : augmentation des dettes à court terme et des emprunts. Le taux d’endettement a augmenté de 3 points pour atteindre 66 %. Le faible niveau des prélèvements privés confirme l’existence d’une autre activité en parallèle.

Centres équestres – ETP de 1 à 3 :

40 dossiers analysés en plus par rapport à l’édition précédente soit 170 dossiers de centres équestres avec un ETP compris entre 1 et 3 qui réalisent un total de produits de 116 000 €. Ce qui correspond à une baisse de 2,30 % entre les deux années dont 31 % sont constitués de pensions. La baisse est à tous les niveaux de l’excédent brut jusqu’au résultat de l’exercice avec un rapport EBE sur produit très faible à 23 %.
Les annuités représentent 44 % de l’EBE et les prélèvements privés sont peu élevés et identiques au groupe total soit un peu plus de 5 000 €. Les capitaux propres ont diminué de 2 500 € entre 2014 et 2013.

Centres équestres – ETP > 3 :

Ce groupe de 50 dossiers de centres équestres avec un ETP supérieur à 3 réalise la plus forte baisse de ses produits soit 3,35 % entre les deux années analysées. Un quart des produits de cette typologie de centres équestres est représenté par des pensions. Les produits sont de 57 000 € par ETP pour le groupe alors que le quartile supérieur dégage un montant de produits sur ETP de 63 650 €. L’EBE sur produits représente 23 %. Il est en baisse entre les deux années de plus de 3 000 € même si les charges opérationnelles ont été maîtrisées. Elles sont en diminution de 4 000 €. Le poste main d’oeuvre a légèrement augmenté de 1 500 €. Les capitaux propres ont diminué de 18 000 € et le taux d’endettement a augmenté de 5 points pour atteindre à 53 %.

Élevages galopeurs :

C’est un échantillon plus petit en taille pour les structures qui composent ce groupe d’élevage de galopeurs avec 2,60 ETP et 50 hectares de surfaces utilisées. La main d’oeuvre représentant 1,37 personnes salariées en moyenne. Les produits sont en baisse de 15 000 € entre les deux années et de 40 000 € pour le quartile supérieur. Le produit par ETP est de 167 000 € pour l’année 2014. L’année 2014 reste une bonne année pour les ventes aux enchères de galopeurs avec un prix moyen de 45 650 €. Les pensions facturées représentent 49 % des produits pour les deux années.
L’excédent brut d’exploitation sur produits représente 28 % pour la moyenne du groupe et 38 % sur le quartile supérieur qui valorise mieux son élevage. Les bons niveaux de résultats permettent d’augmenter les capitaux propres et de maintenir le taux d’endettement à 42 %.

Élevages chevaux de sport :

Les élevages de chevaux de sport disposent d’une structure moyenne de 51 hectares et d’un peu moins de 2 ETP pour les deux années. Les pensions représentent 32 % des produits totaux soit en moyenne sur les deux années 160 000 €. Les produits liés aux ventes de chevaux représentent 25 % du total des produits. Les charges opérationnelles sont en baisse et permettent une légère augmentation de l’EBE qui passe à 43 600 € soit 27 % des produits.
Même si le résultat d’exploitation augmente entre 2013 et 2014, il reste très faible avec un peu plus de 7 000 €. Le résultat de l’exercice est quant à lui déficitaire de plus de 3 000 €. Les annuités représentent 47 % de l’EBE alors que pour le quartile
supérieur il représente seulement 33 %. Les valeurs du bilan n’ont pas changé entre les deux années. Les éleveurs ou éleveuses ont réalisé des apports extérieurs pour consolider leur situation financière.

Élevages trotteurs :

110 dossiers composent ce groupe d’élevages de trotteurs qui réalisent avec 1,80 ETP et à peine 60 hectares un montant total de produits de 232 800 €. Les gains de courses représentent 26 % et les pensions 28 % du total des produits. Il est bon de rappeler que 1 631 trotteurs ont été vendus en 2014 à un prix moyen de 11 500 €, sachant que le groupe réalise en moyenne sur 2014 des ventes de chevaux à hauteur de 37 % du total des produits. Même si l’excédent brut reste confortable : 34 % des produits, il a baissé de 10 000 € entre les deux années. Il permet de faire face aux annuités ainsi qu’aux prélèvements privés. Les situations sont saines puisque 60 % du total du bilan est représenté par des capitaux propres.

Centres d’entraînements publics de galop :

Avec une surface de 4 hectares et des équivalents temps plein de 9,25, notre échantillon « moyen » d’activité d’entraînement de galope de ces deux années présente un effectif de 33 chevaux, sachant qu’en moyenne au niveau national uns structure d’entraînement public de galop entraîne 22 chevaux. Un peu plus de 17 % des structures en France disposent de 6 à 10 personnes salariées par écurie au galop.
Nous constatons une diminution du produit global d’à peine 2 % entre les deux années observées avec une baisse de 13 030 € et une augmentation du résultat de l’exercice de 10 000 € qui remonte au dessus de la barre des 55 000 €. Les produits sont composés de 25 % de gains de courses et de 63 % de pensions facturées pour 426 810 €. Le montant des dettes à court terme a augmenté de 18 000 €. La situation nette s’est dégradée de 20 000 €. Le quartile supérieur voit également sa situation nette se dégrader mais seulement de 2 252 €.

Centres d’entraînements de trot :

Pas de gros changements pour ce groupe avec une activité d’entraînement de trot au niveau de la structure des entreprises, 24 hectares et 2,65 ETP. Il est à noter que le nombre total d’entraîneurs et entraîneuses de trot (avec une activité professionnelle ou en tant qu’amateur) reste stable en France. Les produits sont en légère augmentation de 3 000 € entre les deux années composés de 21 % de pensions et 57 % de gains de courses.
Le quartile supérieur réalise 38 000 € de produits en plus par ETP par rapport à la moyenne du groupe. L’excédent brut est en baisse ; cette baisse est due en partie à la hausse des charges de main d’oeuvre. Les frais vétérinaires représentent 21 %
des charges opérationnelles et les frais d’élevage 22 %. L’EBE permet de faire face aux annuités qui s’élèvent à 31 000 € ainsi qu’aux prélèvements privé