Les baux ruraux en filière équine

Considérée comme une activité agricole, l'activité équestre est soumise aux baux ruraux et non pas aux baux commerciaux.

Les baux ruraux en filière équine

20 Décembre 2018 | Web-conférences IFCE | Lorène Chauvellier

Durant cette web-conférence, notre référente juridique EQUICER va vous présenter les baux ruraux qui existent pour les entreprises de la filière équine, dont l’activité est considérée comme agricole.

Les baux ruraux en filière équine

Considérée comme une activité agricole, l’activité équestre est soumise aux baux ruraux et non pas aux baux commerciaux. Quelles sont les conséquences ? 

Cette web-conférence permet une première approche pratique des baux ruraux et de l’application du statut du fermage à la filière équine.

Depuis la loi DTR du 23 février 2005, les activités équestres sont considérées comme des activités agricoles. L’article L 311-1 du code rural et de la pêche maritime dispose que les activités agricoles sont « les activités d’élevage, de préparation et d’entraînement des équidés domestiques en vue de leur exploitation à l’exclusion des activités de spectacles ».
Par conséquent, les activités équestres ne sont plus soumises au statut des baux commerciaux, mais au statut des baux ruraux quelle que soit la volonté des parties.
Au moment de l’installation d’un éleveur ou d’une éleveuse, d’un entraîneur ou une entraîneuse, il est important de soulever les questions relatives à la location des terres et du site d’exploitation (box, piste d’entraînement…). Cette partie n’est pas à négliger car elle constitue l’outil de travail de tous les professionnels et les professionnelles de la filière équine.

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Voir aussi

EQUICER Infos n°30

Les dernières actualités TVA dans la filière équine | Suppression de la TVA sur les gains de course | Répartition forfaitaire possible des taux de TVA dans les centres équestres