Observatoire économique des activités équines – 2017

Equicer est présent dans 66 départements français, permettant d'augmenter le groupe de dossiers utilisé pour l'observatoire économique.

Avec 66 départements franchisés en 2017, le réseau EQUICER élargit ses bases de collectes. Cela permet ainsi de réaliser un observatoire sur des groupes de dossiers plus importants. Cependant il reste un travail de méthodologie à poursuivre pour traiter les comptabilités non exploitées. Nous pourrons à l’avenir présenter d’autres segments d’activités non utilisés aujourd’hui qui devraient permettre à nos professionnels et professionnelles de se comparer et d’en tirer le meilleur profit pour améliorer la gestion de leurs entreprises.

Tous les groupes analysés pour les centres équestres voient leur excédent brut se stabiliser ou augmenter. Cependant les petits centres équestres souffrent et dégagent des résultats négatifs. Même si le ratio EBE sur produits augmente entre les deux années pour les élevages de chevaux de sport, il reste faible. Les éleveurs et éleveuses font face à leurs annuités mais les résultats dégagés sont déficitaires.

Les élevages de galopeurs réalisent une augmentation de leurs produits. Les prélèvements privés baissent largement permettant ainsi d’améliorer les fonds propres des structures analysées.

Les élevages de trotteurs réalisent une bonne année 2016 avec une augmentation des produits et des résultats qui permet de stabiliser les capitaux propres.

Nous travaillons pour la prochaine édition, qui sera la dixième, à l’élaboration de prix de revient qui permettront pour les activités étudiées d’apporter un éclairage plus fin sur les actions à mettre en place au niveau des structures.

Nous vous souhaitons une bonne lecture et notre réseau de conseillers et conseillères restent à votre disposition pour des explications complémentaires ou interventions (assemblées générales, écoles, …) si nécessaire.

Lexique :
ETP : Équivalent Temps Plein
SAU : Surface Agricole Utile
EBE : Excédent Brut d’Exploitation

Centres équestres – échantillon total :

Les centres équestres disposent de deux ETP et d’un peu moins de 20 hectares pour réaliser un montant de produits en augmentation entre les deux années. Ce dernier atteint 111 000 €, soit 55 000 € par ETP. Les produits d’enseignement et de leçons d’équitation représentent 58 % des produits. Le reste est composé de 27 % de pensions* soit 5 points de moins entre les deux années
(*) : Valeur collectée auprès de 42 % des dossiers uniquement.

Concernant les charges opérationnelles, 40 % sont des achats d’aliments, 30 % des frais vétérinaires et 15 % des charges externes sont des locations pour le foncier et les structures. La valeur ajoutée est stable pour 45 600 €. L’excédent brut d’exploitation augmente de 1 700 € entre les deux exercices, soit 24 % des produits. Il permet de faire face aux annuités et aux prélèvements privés. Le taux d’endettement est stable à 61 %.

Centres équestres – ETP < 1 :

L’échantillon des centres équestres dont les ETP sont inférieurs à 1 est composé de 70 dossiers. Ce sont des petites structures avec un peu moins de douze chevaux en pension. Elles ont souvent une autre activité en parallèle et emploient très peu de main d’oeuvre. Les produits ont augmenté de 1 200 € entre 2015 et 2016 alors que le quartile supérieur a vu ses produits augmenter de 5 000 €. L’enseignement ainsi que les leçons d’équitation représentent 59 % des produits, soit une baisse de 4 points entre les deux années. Les pensions, données récupérées auprès de 30 % des dossiers, sont de 18 826 € et les subventions de 4 000 € en moyenne par entreprise.
L’excédent brut d’exploitation (EBE) permet d’assurer les annuités d’emprunts mais pas les prélèvements privés. Il est à noter que les annuités sur EBE représentaient 43 % en 2015 et qu’elles représentent 72 % en 2016. Le résultat de l’exercice est quant à lui déficitaire.

Centres équestres – ETP de 1 à 3 :

Cet échantillon de centre équestre est composé de 110 dossiers disposant de 2 ETP en moyenne et d’une surface de 17 hectares. Les produits par ETP ont augmenté de 2 000 € entre les deux années analysées avec 27 % de pensions (43 % des dossiers concernés), 54 % de produits d’enseignement et de leçons d’équitation ainsi que des produits divers dont 7 % d’aides PAC.
Le poste le plus élevé des charges opérationnelles est de 44 % pour les frais vétérinaires. Les locations du foncier ainsi que l’entretien du matériel représentent chacun 14 % de ces charges. Les charges de main d’oeuvre ont baissé de 2 % pour atteindre 20 % du montant des produits. L’EBE est en augmentation ainsi que les prélèvements privés qui s’élèvent à 8 000 € pour 2016.

Centres équestres – ETP > 3 :

22 hectares sont exploités par ce groupe de centres équestres ayant un ETP supérieur à 3. Ce groupe de centres équestres réalisent 245 000 € de produits dont 62 % de leçons d’équitation et 26 % de pensions, données traitées pour 44 % des dossiers. Le ratio produit sur ETP est un peu en dessous de la moyenne des centres équestres (groupe centres équestres total) avec 52 000 €.
L’EBE sur produit est de 26 % avec un peu plus de 63 000 €. Le quartile supérieur réalise quant à lui un EBE de 100 000 € et un résultat d’exploitation de 33 000 € contre 24 000 € pour la moyenne du groupe.
Le taux d’endettement a augmenté entre 2015 et 2016 pour atteindre 67 % au lieu de 64 % en 2015. L’EBE couvre les annuités ainsi que les prélèvements privés de 38 000 € en moyenne, sans marge de sécurité pour l’autofinancement.

Élevages galopeurs :

Les élevages de galopeurs réalisent une forte augmentation de leurs produits avec 27 000 € de plus dont 49 % proviennent des pensions facturées (pour 76 % des dossiers dont la donnée a été collectée) et des gains de courses pour 20 %. Dans cet échantillon d’élevage de galopeurs, 75 % des élevages pour lesquels nous avons le montant des ventes de chevaux réalisent 109 000 € de ventes pour un prix moyen de 8 000 € par cheval vendu. En moyenne, 13,5 chevaux sont vendus par l’entreprise. Le prix moyen des ventes est en augmentation de 2 000 € entre les deux exercices.

Pour les charges opérationnelles, 22 % sont des achats d’aliments, 13 % de frais vétérinaires, et, pour les charges externes, 13 % d’entretien de matériel et un poste entretien des bâtiments de 11 %. L’excédent brut est en augmentation de 11 000 €. Les annuités ont augmenté également de 5 000 €, en rapport avec la réalisation de nouveaux emprunts. Les dettes à court terme certes importantes, sont restées stables. Le taux d’endettement a baissé de 2 points pour atteindre 44 % en 2016. Même si l’EBE augmente, les prélèvements privés baissent largement de 12 000 € permettant ainsi d’améliorer les fonds propres des structures analysées.

Élevages chevaux de sport :

Les produits augmentent de plus de 8 000 € entre les deux exercices pour atteindre un peu plus de 103 000 € pour la moyenne du groupe d’élevage de chevaux de sport. 42 % des produits sont composés de pensions pour 67 % des dossiers pour lesquels les pensions ont été comptabilisées. Les ventes de chevaux sont présentes dans 41 % des dossiers pour un prix moyen par cheval de 11 900 € hors taxes soit une augmentation du prix moyen par cheval commercialisé de 4 900 € entre les deux années. L’écart est important avec le quartile supérieur qui réalise 160 000 € de produits en plus. Les achats d’aliments représentent 28 % et les frais vétérinaires 14 %. Le poste entretien de matériel est un peu plus élevé que pour les centres équestres puisqu’il est de 17 %.
Même si le ratio EBE sur produits augmente entre les deux années en passant de 16 à 26 %, il reste faible. Les élevages font face à leurs annuités de 17 000 € en moyenne avec l’augmentation de l’EBE mais les résultats dégagés sont déficitaires. Seul le quartile supérieur de 2016 réalise un résultat d’exploitation positif.

Élevages trotteurs :

Composé d’une centaine de dossiers, le groupe des élevages de trotteurs exploite 60 hectares avec deux équivalents temps plein dont une personne salariée à 2/3 temps. Le quartile supérieur voit sa surface exploitée réduite de 16 hectares. Ces éleveurs et éleveuses détiennent 31 chevaux en propriété et prennent 12 chevaux en pension.
Les produits sont en augmentation de 9 000 € entre 2015 et 2016. Les pensions entre les deux exercices sont en augmentation de 16 700 €. Les gains de courses représentent 80 000 € soit 33 % des produits. Les produits de ventes de chevaux immobilisés s’élèvent à 39 559 € pour les dossiers ayant cette donnée renseignée, soit 81 % des dossiers. Ces mêmes dossiers enregistrent
une vente de 10,5 chevaux à un prix moyen de 3 736 €. Les frais vétérinaires sont de 13 % du total des charges opérationnelles et les achats d’aliments de 23 %.

Le groupe d’élevage de trotteurs conserve l’augmentation des produits au niveau de l’EBE qui passe de 75 000 à 84 000 €. Les annuités de 29 700 € (35 % / EBE) sont en augmentation de 4 500 € en rapport avec l’augmentation des dettes à moyen et long terme et aux nouveaux emprunts contractés.

Activité d’entraînement publics de galop :

Cet échantillon d’activité d’entraînement publics de galop, situées en Normandie, Mayenne-Sarthe et région Parisienne, enregistre une diminution des produits de 7,14 % entre 2015 et 2016. Le quartile supérieur d’entraînement de galop voit son produit baisser de 154 000 €. Le ratio produit sur ETP est en baisse de 5 000 € entre les deux années. La valeur ajoutée est en baisse de 40 000 €. Le résultat d’exploitation est également en baisse de plus de 24 000 €.
L’excédent brut a diminué de 26 600 € entre 2015 et 2016. Les produits sont composés de gains de courses pour 17 %, de pensions facturées pour 58 %. Les gains de courses ont diminué de 28 000 € et les pensions facturées de 13 250 €. Le total des charges a diminué de 35 000 €. Les charges opérationnelles sont légèrement en baisse de 6 000 €. Les frais vétérinaires représentent 22 % du total des charges. Le total du bilan est de 225 322 € soit une augmentation de 3 000 € par rapport à 2015. Le poste créances a augmenté de 11 000 €. Les comptes de dettes ainsi que les comptes financiers au passif ont augmenté de 47 700 €. Les annuités sont de 21 500 € (passage de l’EBE de 17 % à 27 %) alors que les entraîneurs et entraîneuses ont baissé leurs prélèvements privés de 16 000 €. Le taux d’endettement du groupe est passé de 122 % à 136 % soit 6 points de plus entre les deux années.

Activité d’entraînement trot :

Avec un groupe composé de 140 dossiers, les activités d’entraînement de trot utilisent une surface de 23,5 hectares et disposent de 2,77 ETP au total dont 1,62 personnes salariées en moyenne. Les charges liées à la main d’oeuvre représentent 22 % du total des produits pour 24 000 € pour 2016.
Les produits de 2016, soit 296 000 € au total, sont en augmentation de 8 000 €. Les produits sont composés de 22 % de pensions et 60 % de gains de courses. La valeur ajoutée se stabilise à 136 000 €. Les deux postes d’entretien, matériel et bâtiment, représentent 26 % des charges opérationnelles et les achats d’aliments 30 % avec les frais de litières.
L’échantillon maintient son EBE à 80 000 € permettant ainsi le remboursement des annuités de 33 600 € et d’assurer les prélèvements privés à hauteur de 16 000 € (en diminution de 9 000 € entre les deux années). Les capitaux propres ont augmenté de 9 000 € et le taux d’endettement est à 57 %.

Partagez cet observatoire économique

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Autres observatoires économiques