Lola Beuneiche

Thèse innovation dans la filière équine

Thèse filière équine et innovation

Equicer porte la thèse sur l’acceptation de l’innovation dans la filière équine

Le sujet de recherche de la thèse est l’ « acceptation de l’innovation dans un secteur traditionnel : le cas des entreprises de la filière équine« . Equicer porte cette thèse depuis novembre 2023.

L’enjeu plus opérationnel de cette thèse de doctorat sera notamment de construire des préconisations aux entreprises innovantes et porteurs de projets de la filière équine. Ce projet est une thèse CIFRE, le dispositif ANRT soutient la thèse.

Dans le cadre de cette thèse, Equicer a accueilli Alice Monier Torrente. La doctorante portera cette réflexion scientifiques pendant trois ans au sein de l’école des mines de Saint Etienne, le laboratoire Coactis, l’école doctorale ED-SEG et les universités de Lyon et St Etienne.

Cette recherche est également soutenue par différents acteurs :

  • privés de la filière équine : le groupe Lim et Horse Development,
  • institutionnels : le Pôle Hippolia, le comité scientifique IFCE et le Fonds Eperon.

Quelles sont les conditions pour développer l’acceptation de l’innovation dans un secteur traditionnel, le cas des entreprises de la filière équine ? Voici les premiers questionnements autour de la problématique :

  • La filière équine (ou ses sous-filières) présente (ou présentent-elles) des caractéristiques propres vis-à-vis de l’acceptation de l’innovation ? Et en ce cas, s’agit-il de freins à l’innovation spécifiques au secteur ?
  • Peut-on qualifier la filière équine de secteur traditionnel ? Si oui, cela constitue-t-il une voie d’explication en matière de barrières/freins pour les innovations ?
  • Peut-on isoler, dans la littérature ou sur le terrain, des modèles / pistes pour aider les innovateurs, les entreprises ou encore l’écosystème de l’innovation pour la filière équine ?

Le projet, d’une durée de trois ans, comportera notamment des phases de collecte de données auprès des entrepreneurs de la filière équine.

Si vous souhaitez avoir des informations complémentaires sur cette thèse sur l’innovation dans la filière équine, n’hésitez pas à nous contacter par mail.

Thèse filière équine et innovation Lire la suite »

Changement taux TVA filière équine en 2024

TVA équine 2024 des changements

TVA équine 2024, des changements annoncés mais en attente du décret d’application

La dernière loi de finances annonce des changements pour concernant les taux de TVA appliqués pour la filière équine en 2024. Mais nous sommes toujours en attente du décret d’application

L’enseignement de l’équitation rentre dans le champ d’application de la TVA à 5,5 % contre 20 % à compter du 01 janvier 2024 (loi de finance 2024).

Cependant, pour pouvoir appliquer convenablement et ne pas interpréter à tord le texte de loi, il convient d’attendre les précisions de l’administration qui sortira une instruction qui reprendra ces changement et le champ d’application.

Nous ne sommes donc pas en mesure à l’heure actuelle de dire si les pensions sont incluses dans un changement de taux de TVA.

Pour le reste, il n’y a pas de changement :

  • entraînement et vente de chevaux hors reproducteurs, pension poulain sevré : TVA à 20 % ;
  • pension et vente de chevaux reproducteurs (poulinières et étalons) : TVA à 5,5 %.

Pour en savoir plus, sur l’ensemble des mesures phares impliquant la filière équine issues de la loi de finances 2024 promulguée le 29 décembre 2023, vous pouvez consulter notre lettre infos consacrée à ses impacts.

TVA équine 2024 des changements Lire la suite »

Equistat 2022 observatoire économique Equicer

Observatoire économique – 2022

Observatoire économique des activités équines – 2022

Nous sommes très heureux de partager avec vous le dernier observatoire de la filière équine réalisé à partir de données comptables des années 2020 et 2021. Il reprend sept activités professionnelles ainsi qu’un zoom sur les centres équestres. L’objectif est de permettre d’apporter des compléments d’analyses en lien avec les implantations sur les territoires et la taille des entreprises.

Introduction

Nous n’avons pas oublié que les deux années observées ont été touchées par les effets de la Covid-19. Les professionnels ont fortement été marqués, notamment au premier semestre 2020. Certains se demandant même s’ils pourraient continuer leurs activités.

Mais à l’heure où nous mettons en forme nos travaux :

  • La FFE a enregistré un rebond historique des licenciés, + 12 % par rapport à 2019,
  • Les sports équestres ont retrouvé leurs adeptes pendant la crise sanitaire. Les entreprises spécialisées en chevaux de sport ont donc ainsi pu être soutenues.
  • L’élevage a enregistré une augmentation des juments saillies, très marqué en sport.

Le marché du cheval a donc retrouvé des couleurs. Il convient néanmoins de rester prudent pour l’année en cours ainsi que les années qui viennent. Car l’envolée des prix des matières premières pourrait bien fragiliser les entreprises de nos clients. Charge à eux de travailler au plus près des prix de revient, liés à leurs activités respectives, afin d’anticiper des décisions de gestion. Ces dernières leur permettront de rester en piste pour les années à venir.

Observatoire économique des centres équestres

Echantillon total des centres équestres

Nous avons observé pour l’activité centres équestres 238 dossiers. Ils utilisent 19 hectares de surfaces et employent un salarié pour 2,2 équivalents temps plein (ETP) au total. Ils prennent également 14 chevaux en pension.

Les leçons d’équitation représentent 66 % du total des produits. Elles augmentent alors de plus de 17 000 € entre les deux exercices (2021 comparé à 2020). Le quartile supérieur valorise mieux la main d’oeuvre. En effet, le produit par ETP est supérieur de 22 000 € par rapport à la moyenne du groupe, soit un montant de 85 300 € par ETP.

Les charges opérationnelles sont stables entre les deux années, soit 25 % des produits. L’excédent brut d’exploitation (EBE) est quant à lui en augmentation de 4 000 €. Il permet ainsi de rembourser les annuités ainsi que d’assurer des prélèvements privés à minima. Le taux d’endettement est stabilisé à 67 %. Ainsi, la moyenne du groupe est un peu moins endettée que le quartile supérieur (73 %).

Centres équestres avec un ETP < 1

Le quartile supérieur utilise 11 hectares de plus que la moyenne du groupe disposant d’un peu plus de sept chevaux en pension.

Les produits sont de 69 000 € par ETP dont 24 % de pensions et 60 % de leçons d’équitation. L’EBE est en augmentation entre les deux années de 2 400 €. Mais, il reste à un niveau très bas si on le projette sur les produits, soit 23 % seulement. Les annuités de 8 000 € sont couvertes par l’EBE. Mais, il reste très peu de disponible pour assurer des prélèvements privés corrects ainsi que l’autofinancement nécessaire à toute activité.

Les immobilisations représentent 74 % du total du bilan. Le taux d’endettement a quant à lui baissé de seulement un point. Il n’y a pas de modifications à noter sur la composition du bilan entre les deux années.

Centres équestres avec un ETP de 1 à 3

121 dossiers composent ce groupe qui ont des moyens de production détaillés comme suit :

  • 18 hectares de surface ;
  • un peu plus de deux ETP au total ;
  • 17 chevaux en pension.

Les produits par ETP ont augmenté de 4 800 € entre les deux années pour atteindre 63 875 €. Les charges opérationnelles représentent quant à elles 24 % du total des produits. Ils sont composés de 62 % de leçons d’équitation. La charge d’aliments dépasse les 10 000 € pour l’exercice soit 33 % du total des charges opérationnelles. L’entretien des matériels et des constructions comptent pour 25 % des charges externes.

L’EBE a augmenté de 6 000 € et le résultat de l’exercice a dépassé les 15 000 €.

Centres équestres avec un ETP > 3

Composé d’une quarantaine de dossiers, exploitant en moyenne une surface de 25 hectares, ce groupe réalise 282 000 € de produits. Quant au quartile supérieur, il réalise un peu plus de 463 000 €.

Les leçons d’équitation sont de 74 % par rapport au total des produits. Il s’agit du seul groupe observé pour les centres équestres ayant dépassé les 70 % sur ce critère. Quant aux pensions, elles sont de plus de 49 000 € soit 18 % du total des produits.

13 % des charges opérationnelles sont composées par les frais vétérinaires et 31 % par les achats
d’aliments.
L’EBE a augmenté de 20 000 €, soit une augmentation de trois points par rapport à l’année précédente, en comparaison des produits.

L’EBE permet de rembourser les annuités, d’assurer les prélèvements et d’envisager de l’autofinancement pour des investissements si besoin.

Observatoire économique des éleveurs de galopeurs

Les moyens de production sont en légère augmentation : la main d’oeuvre salariée, la surface, le nombre de chevaux en pension. Seul le nombre de chevaux en propriété diminue entre les deux exercices.

Le total des produits a augmenté de plus de 70 000 €. Les produits sont composés de 34 % de pensions et de 11 % de gains de courses. Le prix moyen des ventes de chevaux est stable et reste ainsi juste au-dessus des 14 800 €.

16 % des charges opérationnelles sont des frais vétérinaires et 20 % des charges sont liées aux aliments. Les charges opérationnelles sont en baisse de 3 %. La maîtrise des charges opérationnelles ainsi que des charges externes permet d’augmenter l’EBE sur produit de 5 %. Le taux d’endettement est en baisse de trois points.

Observatoire économique des éleveurs de chevaux de sport

Nous avons observé un groupe de 188 dossiers sur deux années, spécialisés sur la filière éleveurs de chevaux de sport. Les moyens de production sont identiques entre 2021 et 2020, aussi bien pour la moyenne du groupe que pour le quartile supérieur.

Le montant total des ventes de chevaux a augmenté de 272 000 € entre les deux exercices avec 455 chevaux commercialisés, soit un prix moyen de 7 640 € hors taxes. Le quartile supérieur réalise des meilleures ventes avec un prix dépassant les 10 000 € par cheval vendu. Le total des produits pour la moyenne du groupe a augmenté de 9 %. Les charges opérationnelles sont en baisse de 2 % par rapport au total des produits. Aucune hausse, ni baisse sensible à relever sur les postes de charges entre les deux années. L’EBE permet seulement d’assurer une partie des annuités d’emprunts.

Il est à noter que le quartile supérieur réalise un EBE dix fois supérieur à la moyenne du groupe. Il montre cette année, un résultat d’exercice bénéficiaire de plus de 20 000 €. Alors que la moyenne du groupe accuse un déficit.

Observatoire économique des éleveurs de trotteurs

L’échantillon observé est de même taille que les années précédentes avec 101 dossiers. Les moyens de production sont stables entre les deux années.

Les produits sont en augmentation de 28 000 €, composés de :

  • 15 % de pensions d’élevage,
  • 28 % de chevaux immobilisés commercialisés,
  • 20 % de gains de courses.

Les prix moyens de vente des chevaux sont en augmentation de 1 000 € par cheval vendu. Le prix moyen se trouve à 9 130 € hors taxes. Le quartile supérieur commercialise quant à lui ses chevaux en moyenne à 13 500 €.

Les charges opérationnelles sont stables alors que les charges externes sont en baisse de deux points pour un EBE qui augmente de 3 %.

L’EBE permet d’assurer le remboursement des annuités ainsi que les prélèvements privés.

Observatoire économique des entraîneurs publics de galop

Les 60 entreprises qui composent ce groupe, disposent de 9,6 salariés. Il est à noter que le quartile supérieur emploie plus de 24 salariés au total.

Les produits entre 2020 et 2021 sont en augmentation de 89 000 €. Alors que les charges opérationnelles (composées à 27 % de charges d’aliments, 20 % de frais vétérinaires, 13 % de litière et 12 % de frais de maréchalerie, pour les postes détaillés), ont seulement augmenté de 35 000 €. Les produits sont composés de 57 % de pensions et 14 % de gains de courses. L’EBE a augmenté. Mais, il n’a pas suivi l’augmentation des produits puisqu’il s’est amélioré de 5 000 euros seulement. L’EBE sur produit est très faible puisqu’il n’est que de 14 %, pour la moyenne du groupe mais également pour le quartile supérieur.

Les capitaux propres sont négatifs aussi bien pour le groupe observé que pour le quartile supérieur.

Observatoire économique des entraîneurs de trot

Il y a 125 dossiers observés pour ce groupe. Il réalise plus de 310 000 € de produits avec 24 hectares et 1,80 ETP salariés. Nous retrouvons 75 000 € de pensions et 146 000 € de gains de courses dans ces produits. Ces derniers sont en augmentation par rapport à l’année passée. Les charges opérationnelles sont à 34 % du total des produits comme l’année précédente et l’EBE sur produit a augmenté de six points.

Les prix observés sur les ventes de chevaux sont de 4 000 €, en légère baisse par rapport à l’année 2020. Même si les montants des ventes de chevaux représentent un montant total de 2 055 000 €.

L’EBE a pris six point par rapport à l’année passée. Les annuités peuvent être remboursées et les prélèvements privés assurés. Le taux d’endettement a augmenté de trois points pour atteindre 77 %.

Observatoire économique des écuries de pensions

Nous avons assemblé pour ce groupe 62 entreprises. Elles ont des moyens de production stables sur les deux années observées 2020 et 2021. Les produits se stabilisent à 100 000 € avec 34 000 € de pensions.

Les charges opérationnelles sont composées à 11 000 € d’aliments, de frais vétérinaires à 4 000 € et de litières à 4 200 €. Elles représentent alors 35 % des produits soit deux points de plus que l’exercice précédent.

Les charges externes sont en baisse de 5 %, et l’EBE est en hausse de 2 200 €. L’EBE permet de rembourser les annuités mais ne permet pas d’assurer des prélèvements privés corrects.

Cet observatoire a été réalisé avec l’Atelier des études économiques, veille et prospective de Cerfrance Normandie Maine. Vous pouvez retrouver tous nos observatoires sur les activités équines en ligne sur notre site internet.

Observatoire économique – 2022 Lire la suite »

FORMATION : GÉRER SON EXPLOITATION ÉQUINE DANS UNE DÉMARCHE D’OPTIMISATION

Gérer son exploitation équine

Formation Equi-Projets : gérer son exploitation équine dans une démarche d’optimisation

Notre conseillère Equicer animera la prochaine formation Equi-Projets sur le thème : « Gérer son exploitation équine dans une démarche d’optimisation ». Cette formation est organisée par le Conseil des Chevaux de Normandie dans le cadre d’Equi-Projets.

Vous êtes un porteur de projets en cours ou vous êtes récemment installé (2022) ?

Equi-Projets et Equicer organisent une nouvelle session de la formation : « Gérer son exploitation équine dans une démarche d’optimisation ».

Parcours à l’installation, business plan, comptabilité et fiscalité… autant de compétences qu’il faut maitriser et savoir optimiser. Vous avez besoin d’un coup de pouce ? Cette formation sur deux jours à l’initiative du Conseil des Chevaux de Normandie vous permettra de renforcer vos connaissances et compétences en matière de gestion d’exploitation équine.

Les informations pratiques sur la formation Equi-Projets

Voici les informations pratiques concernant la formation 2023 :

  • Dates : 19 & 20 juin 2023
  • Lieu : Forum digital de Colombelles (14)
  • Prix : 290 € Net de taxes

Pendant cette formation, la formatrice aborderas les thématiques suivantes :

  • Les parcours à l’installation
  • La gestion comptable et sociale de l’entreprise équine
  • L’optimisation de la gestion et la fiscalité des exploitations équines

Vous souhaitez participer à la formation ? Rendez-vous sur le site du Conseil des Chevaux de Normandie.

Pour de plus amples renseignements sur la formation Equi-Projets

Pour en savoir plus sur la formation Equi-Projets, Pascal BOUILLE du Conseil des Chevaux de Normandie est joignable au 06 17 98 29 13 et par mail : pascal.bouille@chevaux-normandie.com

Vous souhaitez prendre contact avec un de nos conseillers spécialisés Equicer ? Il suffit alors de remplir notre formulaire de contact, via notre site internet.

Vous aimeriez avoir plus d’informations sur la place du réseau Equicer dans la démarche Equi-Projets ? Vous pouvez alors retrouver toutes les informations, sur notre site internet : cliquez-ici.

Equicer est un réseau national. La spécialisation d’Equicer est le conseil pour les professionnels de la filière équine. Aujourd’hui, Equicer est présent sur 70 départements français. Une partie des collaborateurs et collaboratrices est basée sur la Normandie. Equicer est alors un partenaire d’équi-projets depuis plusieurs années.

Equi-Projets et Equicer organisent une nouvelle session de la formation : « Gérer son exploitation équine dans une démarche d’optimisation ».

Gérer son exploitation équine Lire la suite »

Equi Junior Locomotion 2023

Equicer soutient Equi Junior Locomotion 2023

Equicer soutient le concours Equi Junior Locomotion 2023.

Equi Junior Locomotion est une association Loi 1901 dont l’objectif est d’éduquer les étudiants vétos et maréchaux au pied du cheval, et de les faire collaborer pour le bien être des chevaux. La devise de cette association : apprendre ensemble.

Pour répondre à ces objectifs, ils font inter réagir les jeunes en les faisant :

  • travailler sur des cas cliniques ;
  • participer à des ateliers pédagogiques.

2023 sera la quatrième session.

Présentation Equi Junior Locomotion

Le concours Equi Junior Locomotion, c’est d’abord la présentation des cas cliniques sur You Tube. Depuis le 1er avril 3023, il y a une présentation hebdomadaire d’un cas clinique. Une période de questions réponses avec un jury d’experts suivra cette présentation.

Ces vidéos sont également relayées sur Facebook et Instagram. Cela permet des échanges. Les étudiants ayant présenté un cas clinique répondent aux questions des internautes. Il y a à une quinzaine d’équipes inscrites d’étudiants maréchaux et vétos, de France, Europe et Outre atlantique.

Objectifs d’Equi Junior Locomotion

Equi junior est un colloque, innovant et inédit, pour les formateurs et les apprenants des écoles de maréchalerie et des écoles vétérinaires. Le but est d’améliorer et d’harmoniser leurs connaissances. Il s’agit également de développer et optimiser les collaborations entre les vétérinaires et maréchaux-ferrants de demain. Parier sur les apprenants, c’est ainsi préserver la santé des chevaux, améliorer leur bien-être, pour une utilisation optimale dans le respect du cheval.

Equi Junior Locomotion 2023

Tous les jeunes ayant présenté un cas clinique sont invités à la finale au haras du Pin le 28 Septembre 2023. Ils sont également conviés aux deux journées d’Equi-meeting maréchalerie qui suivent.

Le 28 Septembre 2023 sont aussi invités tous les étudiants vétos et maréchaux qui le souhaitent, à venir participer aux ateliers pédagogiques et à assister à la finale des cas cliniques.

Durant cette journée, notre équipe EQUICER animera un atelier. Il est d’or et déjà possible de prendre contact pour fixer un créneau d’échange privilégié.

Pour en savoir plus sur cet évènement, vous pouvez suivre le groupe Facebook dédié.

Equicer soutient Equi Junior Locomotion 2023

Equi Junior Locomotion 2023 Lire la suite »

Des changements de TVA pour la filière équine dans l'élevage dès janvier 2023

EQUICER Infos n°32 : Changements de TVA dès janvier 2023

EQUICER Infos n°32 : actualité TVA dans la filière équine, des changements dès janvier 2023 !

Découvrez notre lettre sur l’actualité de la TVA dans la filière équine, avec des changements dès janvier 2023.

La loi de finances 2023, votée le 30 décembre 2022 en application de l’article 49.3, a modifié l’article 278-0 bis du Code Général des Impôts (CGI), ce qui apporte des modifications importantes et encourageantes pour la filière équine.

Vers une TVA à 5,5 % pour les ventes de saillies et les pensions des reproducteurs

La loi de finances 2023, votée le 30 décembre 2022, a modifié l’article 278-0 bis du Code Général des Impôts, ce qui apporte des modifications importantes et encourageantes pour la filière équine.

En effet, cet article relatif à la TVA au taux réduit de 5,5 % a été modifié par l’ajout d’un point 1°bis B : « Les produits d’origine agricole, de la pêche, de la pisciculture ou de l’aviculture lorsqu’ils sont d’un type normalement destiné à être utilisé dans la production agricole« .

Les recettes concernées par la TVA au taux réduit de 5,5 %

Les activités liées à la reproduction sont concernées par ce passage de taux de TVA de 10 % à 5,5 %. Il s’agit alors des activités pour les :

  • ventes d’étalons, de parts d’étalon en indivision,
  • ventes de pouliches destinées à la reproduction, de poulinières,
  • pensions de reproducteurs (étalons, pouliches destinées à la reproduction, poulinières),
  • opérations de monte ou de saillie,
  • ventes de doses (paillettes),
  • ventes d’embryons,
  • poulinages sans intervention d’un vétérinaire,
  • gratifications étalonniers, primes écuries, 
  • ventes, locations, pré-débourrage, débourrage et prises en pension d’équidés destinés à être utilisés dans la production agricole, sylvicole ou piscicole.

Le cas particulier des poulains

En revanche, l’espoir que toutes les opérations concernant la vie d’un poulain (pensions, ventes) puissent être soumises au taux réduit de 5,5 % n’a pas été suivi d’effet par l’Administration.

Pour autant, tous les poulains concernés par un taux de 5,5 % sont :

  • Les poulains non sevrés en cas de pensions
  • Les poulains sevrés, dès lors qu’ils relèvent d’une race dont les caractéristiques morphologiques, les prédestinent à usage de trait ou de production de viande et une attestation, lors de la cession, d’une telle affectation.

Toutefois, les ventes de poulains vivants destinés à la pratique hippique (équitation, course) restent taxées à 20 %.

Quelques points de vigilance sur les changements de TVA prévus dès janvier 2023

Il convient maintenant d’attendre la publication de la doctrine fiscale, notamment sur la TVA sur les poulains.

Par ailleurs, une interrogation demeure sur les cessions aux particuliers pour lesquelles nous n’avons pas la certitude que la baisse des taux les concerne. Nous restons également en veille pour savoir si elles sont éligibles au taux réduit de 5,5 %. Ou bien si elles repassent au taux de 20 %.

Des changements de TVA pour la filière équine dans l'élevaged dès janvier 2023
Des changements de TVA pour la filière équine dans l’élevage dès janvier 2023

Vous pouvez dès présent retrouvez notre lettre d’infos sur la TVA dans les courses et les centres équestres en ligne.

EQUICER Infos n°32 : Changements de TVA dès janvier 2023 Lire la suite »

TVA des activités liées à la reproduction

Actualité de la TVA dans la filière équine pour les activités liées à la reproduction – des changements dès janvier 2023 !

2023 débute avec des changements sur les taux de TVA des activités liées à la reproduction dans la filière équine. En effet, la loi de finances 2023, votée le 30 décembre 2022, a modifié l’article 278-0 bis du Code Général des Impôts, ce qui apporte des modifications importantes et encourageantes pour la filière équine.

En effet, cet article relatif à la TVA au taux réduit de 5.5% a été modifié par l’ajout d’un point 1°bis B : « Les produits d’origine agricole, de la pêche, de la pisciculture ou de l’aviculture lorsqu’ils sont d’un type normalement destiné à être utilisé dans la production agricole« .

Loïc MALIVET, président de la fédération des éleveurs du galop et de la Filière Cheval confirmait suite à une réunion vendredi dernier entre les représentants du bureau Cheval du ministère de l’Agriculture et Bercy que les activités liées à la reproduction changeaient donc de taux de TVA en 2023. Ils vont alors passer de 10% à 5.5%.

Les activités de reproduction concernées par le changement de taux de TVA

Les recettes concernées par la TVA au taux réduit de 5.5% sont donc :

  • ventes d’étalons, de parts d’étalon en indivision,
  • ventes de pouliches destinées à la reproduction, de poulinières,
  • pensions de reproducteurs (étalons, pouliches destinées à la reproduction, poulinières),
  • opérations de monte ou de saillie,
  • les ventes de doses (paillettes),
  • les ventes d’embryons,
  • les poulinages sans intervention d’un vétérinaire,
  • les gratifications étalonniers, primes écuries, 
  • les ventes, locations, pré-débourrage, débourrage et prises en pension d’équidés destinés à être utilisés dans la production agricole, sylvicole ou piscicole.

En revanche, l’espoir que toutes les opérations concernant la vie d’un poulain (pensions, ventes) puissent être soumises au taux réduit de 5.5% n’a pas été suivi d’effet par l’Administration : on conserve donc le taux de TVA de 20% pour cette catégorie d’équidés.

Il convient maintenant d’attendre la publication de la doctrine fiscale, et notamment concernant la TVA sur les poulains.

Vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à contacter votre conseiller Equicer. Vous pouvez également nous adresser votre demande via notre formulaire de contact.

TVA des activités liées à la reproduction Lire la suite »

Conférences gestion entreprise équine

Equicer organise des conférences sur la gestion de l’entreprise équine pendant Equita Lyon

Cette année Equicer organise avec ses partenaires Horse Development et Ethonova des conférences gratuites à 17h00 (durée 30 minutes) sur la gestion d’une entreprise équine. Pour se faire, nous vous donnons alors rendez-vous sur notre stand, Hall 6 – K133.

Equicer organise des conférences surla gestion de l'entreprise équine pendant Equita Lyon
Equicer organise des conférences sur la gestion de l’entreprise équine pendant Equita Lyon

Mercredi 26 et Jeudi 27 octobre :
S’installer dans la filière équine, faire une étude de marché : pourquoi et comment ?
Alice Monier – Horse Development

Vendredi 28 et Samedi 29 octobre :
Comment allier bien-être équin et bien être humain sur les structures équestres ?
Claire Neveux – Ethonova

Equicer est présent pendant toute la durée du salon Equita Lyon, soit du mercredi 26 octobre au dimanche 30 octobre 2022. Rendez-vous sur le stand Equicer, Hall 6 – K133. Nous vous y attendons donc nombreux !

Horaires du salon Equita Lyon :
mercredi au vendredi de 8H30 à 20H30*
Nocturne samedi 29 octobre : de 8h30 à 22h30*
Dimanche de 8H30 à 19H00*

* Sauf avis de modification par le salon

Pour prendre rendez-vous avec un conseiller pendant le salon, n’hésitez pas à nous adresser un mail via notre formulaire de contact.

Ce salon est également pour vous la possibilité de déposer votre candidature spontannée. En effet, nous allons mettre en place un espace dédié : « Equicer rectrute ! ». Nos agences sont réparties sur 72 départements. Elles recherchent des comptables, conseillers, juristes…

Conférences gestion entreprise équine Lire la suite »